Centre patronal valaisan

FR | DE

Les apprentis ne doivent pas être les victimes collatérales de la crise du Covid-19

Depuis le 13 mars 2020, notre pays, et en particulier notre canton, vit une situation sanitaire et économique compliquée. Pour nombre d’entreprises, le chiffre d’affaires va sensiblement diminuer et l’ordre des priorités s’en trouvera bouleversé.

Les différents comités de nos associations patronales sont conscients de ces difficultés. Il est en revanche primordial à leurs yeux que les futurs apprentis ne soient pas les victimes collatérales de la crise économique qui fera suite à l’épidémie du coronavirus.

De nombreux efforts, comme dernièrement avec le Salon des Métiers, ont été entrepris pour valoriser les métiers manuels ces dernières années. Il est donc essentiel de maintenir et de ne pas renoncer à offrir des places d’apprentissage prévues avant l’apparition du coronavirus.

C’est l’occasion de rappeler que grâce aux subventions du canton et du fonds cantonal en faveur de la formation professionnelle, la majorité des coûts relatifs aux cours interentreprises des apprentis sont déjà pris en charge.

Il est donc important de ne pas renoncer à engager des apprentis en 2020. Ce serait, d’une part, gravement contreproductif pour la relève et la transmission de la qualité du savoir-faire de nos entreprises, et d’autre part, la perte d’image des métiers serait conséquente, ce qui enverrait immédiatement un mauvais signal aux jeunes et à leurs parents sur l’intérêt des métiers des branches de l’artisanat.